Après l’année 2017 qui se résume en suppressions abusives des milliers d’emplois jeunes, les Comoriens ont, malheureusement, assisté en 2018 à la dislocation de leur Etat. En effet, le projet machiavélique à rêver debout du colonel, voulant à tout prix s’éterniser au pouvoir, a mis à mal l’unité nationale et l’intégrité territoriale.
En effet, l’année 2018 marque une période où la barbarie digne de la 3ème Reich, perpétrée par le colonel chef d’Etat, atteignait son paroxysme :

  1. Arrestations et emprisonnements abusifs sont légion.
    2. Création d’une juridiction non conforme aux textes régissant le pouvoir judiciaire.
    3. Jugement des condamnés d’office des prisonniers politiques par une cour de sûreté de l’Etat, juridiction n’existant pas dans la loi fondamentale. Les accusés ne sont pas assistés de leurs avocats.
    4. Organisation des assises fantoches en vue de valider la volonté du chef de l’Etat.
    5. Dissolution de la cour constitutionnelle dont les attributions sont transférées à la cour suprême.
    6. Organisation de la mascarade de consultation populaire dont l’objectif est de mettre en place une nouvelle loi fondamentale, remplaçant celle du 23 décembre 2001.


Cette République bananière dont toutes les lois sont bafouées et les institutions malmenées doit cesser d’exister, elle doit être entièrement enterrée. En tout cas, l’année 2018 a su montrer la véritable figure de cette dictature rampante qui s’implante de manière nuisible dans l’archipel des Comores, tel un chiendent.


Par la présente, au nom du parti Ulezi et en mon nom personnel, je tiens à adresser mes meilleurs vœux à tous les Comoriens, à ‘occasion de l’année nouvelle, partout où ils se trouvent. Je leur souhaite que cette année 2019 leur soit plus prospère, ceux qui sont souffrants retrouvent leur santé, que ceux emprisonnés abusivement retrouvent rapidement leurs dans la sérénité.

A la faveur de cette lettre aux Comoriens, je prie Allah, le miséricordieux, le tout puissant, que 2019 soit l’année des victoires. Que le peuple comorien relève le défi lancé par le colonel dictateur, pour le chasser à jamais de la tête de l’Etat. Qu’une convergence des luttes soit organisée et que d’une seule voix, nous appelions à nous rassembler pour sauver l’unité nationale, l’intégrité territoriale et restaurer l’ordre républicain.

Lyon le 05 janvier 2019
NATUK Mohamed Mouzaoir
1 ere secrétaire national du parti Ulezi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.