L’avenir des Comores est la femme !

On ne devrait pas attendre la journée de la femme le 8 mars pour célébrer le destin extraordinaire de nos héroïnes ! 

C’est inédit. Après le REPLAY de mobilisation de la diaspora comorienne partout dans le monde le lundi 22 Avril 2019, pour le quatrième acte de la mobilisation contre la dictature de Azali Assoumani aux Comores, plusieurs  femmes étaient présentes à Paris et ailleurs pour faire entendre la voix des femmes dans le mouvement.  A Lyon, la manifestation a réuni une centaine de femmes comme à l’île de la Réunion, Nice, Nantes …

À 16h, heure du rendez-vous, elles étaient déjà plusieurs centaines sur la place de la porte d’Aix à Marseille. Elles ont chanté l’hymne nationale, danser, carton à la main avec un seul slogan :  Azali Dégage « Azali Nalawé »

Le dictateur veut nous faire passer pour des laveuses des chiots et des SDF, mais aujourd’hui nous sommes des mères, des grands-mères, nous sommes les filles, les sœurs de tous les citoyens, et nous voulons lui dire que notre colère est légitime.

a déclaré avec colère une maman.

Au milieu de cette marée humaine qui défile sous le slogan “Azali Dégage” ce lundi 22 Avril, des “Youyou” retentissent comme des cris de victoire. C’est la voix de ces Comoriennes, venues en nombre pour montrer leur engagement et leur volonté de briser l’immobilité.

Pour Mme Haniphat Abdourahamane, une femme militante de la cité Phocéenne,

Les Comores ont besoin des compétents  et nous connaissons le formidable potentiel que représentent les femmes Comoriennes. C’est pourquoi je me réjouis de voir que la femme Comorienne occupe de plus en plus de place dans ce combat digne pour la démocratie

Pour Rappel,

La dictature militaire, serait tristement célèbre pour l’énorme répression qui aurait été mise en place avant et après les élections qui ont reconduits à nouveau Azali Assoumani au pouvoir. Des cinquantaines de personnes en auraient été les victimes : la torture, des arrestations arbitraires et les disparitions deviennent quelque chose de quotidien aux Comores. De nombreux détentions et de torture seraient ouverts à des journalistes. Parmi ces personnes, il y auraient des femmes. 

L’avenir des Comores est la femme !

@Ortegalive

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.