Bonjour,

L’Union des Comores a subi de plein fouet, le 24 avril dernier, les dégâts du cyclone Kenneth qui s’est abattu dans l’ensemble de l’archipel. Plusieurs villes et villages ont été inondés par les eaux de la mer. Des localités déplorent plusieurs victimes dont des morts. Les dégâts matériels sont également incalculables partout sur le territoire national.


Face à cette catastrophe, le Collectif des Comoriens de l’Extérieur exprime sa solidarité avec la nation comorienne et surtout avec les familles touchées. Il appelle les autorités comoriennes à prendre les mesures nécessaires pour soutenir ces familles. Il appelle par ailleurs à la mise en place d’un élan de solidarité au niveau de la diaspora pour le même objectif. Dans le même temps, le Collectif appelle pour une nouvelle manifestation ce dimanche 28 avril pour l’acte 5 de la contestation populaire visant à dénoncer la prise en otage des Comores par un régime dictatorial.


Cette fois, une marche sera effectuée, à partir de 16 h, de la Porte d’Aix jusqu’au Vieux port en passant par le Boulevard des Dames . Cet acte 5 entre dans le cadre des manifestation lancées un peu partout dans les pays où il y a une forte communauté comorienne, notamment en France pour dénoncer la mascarade électorale du 24 mars et lutter contre la dictature de M. Azali Assoumani. Des dizaines de personnalités politiques, des journalistes, et des citoyens opposants au régime dictatorial sont détenus sans motifs valables. L’Armée est aux ordres d’un gouvernement corrompu, qui bafoue les institutions et viole les droits et les libertés du peuple. La Justice est instrumentalisée par le gouvernement, et les magistrats sont devenus les appendices de l’autoritarisme. Nous exigeons donc la libération immédiate de tous les prisonniers politiques, et la démission de M. Azali et de son gouvernement avant le 26 mai, car ils ne sont plus légitimes.


Nous demandons à la communauté internationale, notamment la France de rejeter le résultat de ce scrutin, de ne pas reconnaitre la réélection de M. Azali Assoumani, et d’apporter son soutien au Conseil national de Transition, et plus généralement au peuple comorien. D’ailleurs, le collectif regrette que le Président Emmanuel Macron ait décidé d’adresser des félicitations à un dirigeant non élu et qui impose une dictature à son peuple.

Ali Mmad

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.