À l’exemple des économies touchées par la Crise sanitaire dite de
Coronavirus (le Covid-19) les dirigeants des pays du Monde entier
dégainent des mesures exceptionnelles en vue d’éviter une crise
économique profonde, redonner confiance aux citoyens en soutenant la
consommation locale. Dans une société de consommation comme la nôtre
la seule politique de l’offre ne pourra pas suffire pour sauver l’économie et
apaiser les craintes de la population.
Nous attendons en urgence d’autres mesures complémentaires qui peuvent
soulager les maux de nos concitoyens.
Aux Gouvernants comoriens, nous vous invitons à ne pas vous soumettre
exclusivement aux seules orientations de nos créanciers, le FMI et la Banque Mondiale, malgré les 5
millions de dollars qu’ils nous ont octroyés sous forme d’emprunt pour lutter contre le maudit COVID-19.
En complément de vos « mesurettes », Ulezi considère qu’il convient de prendre des mesures à la hauteur de
la crise, avec effet immédiat sur le citoyen. Nous nous devons, Mr Azali, de vous rappeler qu’en période de
crise aucun citoyen ne doit être laissé sans filet de sécurité. L’économie ce n’est pas uniquement une
question de l’offre. Vous ne pouvez pas consacrer près de 2 milliards de nos francs aux opérateurs
économiques et oublier les citoyens consommateurs qui se trouvent actuellement menacé par la perte de
leurs emplois. Vous n’ignorez sans doute pas que les comoriens de l’extérieur vivent actuellement en
confinement et cela prive les comoriens résidants sur le territoire de tout transfert d’argent, ce qui est
fortement pénalisant.
Il serait judicieux de soutenir l’économie par une politique de la demande en :
– Honorant les arriérés de salaires de l’ensemble des agents de l’État et de tous les retraités ;
– Payant les salaires et les pensions dus à temps ;
– Soutenant les entreprises en difficulté par une offre de crédit à un taux d’intérêt bas voire nul qui leur
évitera le dépôt de bilan ;
– Mettant à disposition aux sociétés d’État un fond de garantie en vue de sauver des milliers d’emplois
menacés à disparaître.
Il est bien entendu urgent de faire adopter au niveau national, à chacun des agents de l’État, des messages
pédagogiques sur les gestes barrières et les mesures d’hygiéne pour lutter efficacement contre cet ennemi
commun, le Covid 19. Il revient aussi à l’État en ces périodes de garantir la distribution régulière de l’eau
courante, l’électricité et des hydrocarbures.
L’unité du peuple et la solidarité de toute la nation, en cette période cruciale de l’histoire de l’humanité, sont
de mise et chaque acteur doit être disposé à apporter sa contribution pour lutter contre ce prédateur.
Le parti Ulezi, conscient de la gravité de la situation de crise sanitaire mondiale, rappelle solennellement à
tous les comoriens de par le monde que le CORONAVIRUS n’a pas de besoin de passeport pour traverser
les cinq mers et continents. Pour mieux le combattre, il faut fermer les frontières, prendre des mesures dites
de barrières et de sensibilisation de la population.
Chaque comorienne et comorien est acteur de développement sanitaire et aider les personnels soignants qui
sont en première ligne à mieux combattre cet ennemi invisible.

 

Le 1er Secrétaire national du parti Ulezi
NATUK Mohamed Mouzaoir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *