Réunie en session extraordinaire ce lundi 17 décembre 2018, les représentants du parti JUWA de France dénoncent avec force et fermeté les manœuvres du dictateur Azali Assoumani et sa main mise sur les institutions administratives, militaires et à présent judiciaires dans le seul but d’éliminer toutes les personnes politiques ou civiles opposées à sa dérive dictatoriale visant à rester au pouvoir jusqu’en 2030.
Le parti JUWA dénonce les mascarades judiciaires et les peines prononcées à l’encontre de ses membres qui n’est en réalité qu’une parodie de justice.
Le parti JUWA réaffirme son engagement et toute sa détermination à mettre tout en œuvre pour combattre le régime de Monsieur Azali Assoumani et sa bande afin de rétablir l’ordre, la paix et la démocratie dans le pays.
Le parti JUWA se battra par tous les moyens légaux et démocratiques pour libérer le pays de l’emprise dictatoriale de Monsieur Azali Assoumani, libérer tous les prisonniers politiques, et demander des comptes aux criminels et leurs complices, auteurs des crimes perpétrés en ce moment même dans notre pays.
Le parti JUWA réaffirme sa loyauté et sa fidélité envers tous les opposants politiques pris pour cibles en ce moment même et enfermés dans les geôles du colonel dictateur Azali Assoumani.
Le parti JUWA réaffirme ses engagements pris dans ce communiqué quelqu’en soit le prix à payer pour libérer le peuple comorien.

fait à Paris le 17 décembre 2018
Le Parti JUWA de France
Le Secrétariat général
Kamal Abdallah

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.